Calama et Chiquicamata

Nous avons pris un vol de Santiago à Calama pour éviter 25h de bus, même confortables nous n’avons pas hésité ! 

L’intérêt aussi était de voir une dernière fois le massif de l’Aconcagua et de découvrir le désert d’AtacamaArrivée sur la place de Calama. La population vit de la mine et la société Codelco est le premier employeur de la ville.

L’ambiance est étrange, il n’y a pas de touristes en ville, on s’y sent un peu observés … Nous prenons un bus affrété par Codelco pour retrouver l’ancienne ville bâtie sur le site industriel.

C’est maintenant une ville fantôme, toutes les installations sont désaffectées depuis que les nouvelles galeries minent le sous-sol. On estime à 1 760 millions de tonnes de cuivre et de molybdène les réserves de minerai de la mine souterraine, ce qui représente 60 % de la quantité de minerai exploité par la mine au cours des 90 dernières années.
On y trouvait école, terrains de jeux, hôpital et même église ….Dans l’ancienne bibliothèque un ingénieur nous explique le deux techniques employées pour exploiter le minerai de cuivre.

Nous portons tous des équipements de sécuritéAprès une présentation du site, les deux techniques : procédé à chaud ou bains d’électrolyse Technique de floculation Le résultat final, des plaques de cuivre électrolytique de 400 Kg qui seront exportées dans le monde entier …Les piscines de bains d’électrolyseLes gigantesques excavatrices que nous verrons de loin au fond de la mine, 1000m plus basLa noria des camions, chacun fait 7m de haut et transporte 450 tonnes de mineraiVue plongeante sur la mine à ciel ouvert

Les camions mettent 30 min à descendre et plus d’une heure pour remonter du fond ….Retour en ville en tenue d’ouvriers !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Haut de page